Archive | janvier 2012

« Promo-femmes », une oasis international à Bordeaux

Publié le 30 janvier 2012

Quand on est une femme étrangère, à Bordeaux, il y a « Promo-Femmes ». Située dans le quartier Saint-Michel, l’association est financée par des subventions publiques et répond depuis 1994 aux besoins de la population migrante. Cinq salariés et une soixantaine de bénévoles accueillent et aident chaque année plus de 500 femmes de 65 nationalités différentes. Cours de français, déambulation dans la ville, ateliers cuisine et couture, création de livres et de CD… Les bénéficiaires ont le choix parmi une ribambelle d’activités mais viennent surtout prendre une bouffée d’air au 10 rue Carpenteyre. Une respiration dans leur quotidien. A l’heure du thé, rencontre avec Malika, Alia, Fatou et Annie au siège de l’association.

Commentaire (1)


Tags : , , , ,

Le vilain petit canard de l’Office de Tourisme

Publié le 27 janvier 2012

Bordeaux est vendu aux touristes comme une ville «élégante ». Mais Saint-Michel ne rentre pas dans les canons de beauté de la ville.

A Saint-Michel, le syndicat d'initiatives n'a de dépliant que sur la Flêche et la Basilique (Photo Jérémie Maire).

Lire la suite

Commentaire (0)


Tags : , , , ,

Le dictionnaire d’InCité

Publié le 26 janvier 2012

Expropriation, convention publique d’aménagement, OPAH et PNRQAD… Autant de concepts juridiques et d’acronymes urbanistiques à étudier quand on parle de rénovation urbaine.

Lire la suite

Commentaires (3)


Tags : , , , ,

On les a retrouvés !

Publié le 26 janvier 2012

Tout le monde l’a vue, beaucoup l’ont commentée, quelques-uns l’ont même taguée. Entre la flèche et la basilique, dans la rue des Faures ou sur les barrières qui enserrent les travaux, une affiche fait débat. Cette affiche, c’est celle de la mairie. Une photo qui regroupe huit « Saint-Michelois », un petit texte sur la rénovation, et un slogan : « Saint-Michel, la vie a sa place ». Le blog Saint-mich’ s’est amusé à retrouver les huit figurants qui ont posé pour le cliché.

L'affiche restera visible pendant toute la durée des travaux entre la flèche et la basilique (photo : Marc Bouchage)

Sur la photo, ils s’appellent Rabbah, Ali, Teresa, Ana, Alain, Nono, Teddy et Kenny. Ils sont restaurateurs ou brocanteurs, écoliers ou retraités. Ils sont originaire d’Algérie, d’Espagne, de Colombie ou de Pau et forment ensemble une image idyllique de Saint-Michel. Tous les âges, toutes les origines y sont représentés. Le service de communication de la mairie a bien fait son travail. « Ca s’est fait tout simplement », explique Thomas Sanson, photographe au service presse de la mairie, et auteur des clichés. « On a cherché à composer la photo avec des vrais gens du quartier. C’est par le biais de Rabbah (l’un des figurants) qu’on a réuni les autres. On lui a demandé s’il connaissait des enfants pour que l’on puisse représenter tous les âges. Mais on était ouvert, on s’est adapté. On a fait les choses comme elles venaient. Par exemple pour Ali, le brocanteur, ce sont les autres figurants qui ont demandé à ce qu’il soit dessus ».

Une rapidité d’exécution qui a entraîné quelques erreurs. A commencer par Nono, dont le surnom est en réalité Chouchou. « Je n’ai rien dit parce que mon petit-fils s’appelle Nolan », explique-t-il. Une simple erreur, mais que dire du fait que la plupart des figurants n’habitent pas Saint-Michel ? Ils viennent y travailler ou s’y promener, mais seuls Alain et Chouchou y résident. Dernier problème : au moment de la photo, Ali, Teresa et Ana ignoraient tout de la rénovation du quartier et du but de la photographie. Ils ont accepté de poser sans vraiment réfléchir. Ana et Teresa, d’origines colombienne et espagnole, comprennent assez mal le français.

Sur l’affiche, un slogan : « La vie a sa place ». La formule est trouvée par Fabien Robert et quelques amis élus à la terrasse d’un café, avant de prendre la photographie. « Parce que le mot qui caractérise le plus Saint-Michel, c’est la vie. La vie a sa place dans Saint-Michel. Elle l’a toujours eu, et elle l’aura toujours », précise-t-il. Une façon de dire à ceux qui craignent un nouveau quartier hors de prix, que le côté multiculturel du lieu conservera son importance à l’issue des travaux.

Si la plupart des figurants sur la photographie sont favorables à la rénovation, certains n’ont pas saisi sur le moment l’aspect publicitaire de l’opération. Alain résume le problème à sa manière : « On m’a dit : « Mais tu n’as pas honte d’avoir posé sur cette photo ? ». Moi je n’ai pas fait de photo pour le maire, je l’ai faite pour le quartier ».

Entre fierté et déception, regrets et espoirs, ils témoignent. Voici le Saint-Michel de Chouchou, Teresa, Alain, Teddy, Kenny, Rabbah, Ana et Ali.

Derrière chaque croix blanche, découvrez leur histoire en images, sons, mais aussi BD ou roman-photo…

Dossier réalisé par Marc Bouchage et Agathe Guilhem.

Commentaire (0)


Un quartier familial?

Publié le 26 janvier 2012

Logements sociaux rares, florilège d’appartements une pièce,… faute de place, les familles désertent Saint-Michel. Enquête dans un quartier « familial » où le nombre de personnes par logement est l’un des plus faibles de France.

Les familles désertent le quartier familial de Saint-Michel (Photo Louis Sibille)

Rue Carpenteyre, dernier étage. Un salon-kitchenette avec un clic-clac pour les parents. Une chambrette pour les enfants. En tout 30 m2. Pour quatre personnes. La famille Yordanova, des Bulgares, logent dans ce T2 depuis 8 ans. Le prix à payer pour habiter Saint-Michel? « C’est très petit, mais ça va, on vit », acquiesce Nadya, la mère. D’autres ne s’en accommodent pas: « Nous on va devoir partir, c’est trop exigu », explique Caroline, mère de trois enfants. « Pourtant, j’aime profondément ce quartier. Tout le monde se connaît. C’est familial », un déménagement qui sonne comme un arrache-coeur. C’est tout le paradoxe de Saint Michel, un quartier familial que les familles désertent petit à petit. Faute de place. Le processus n’est pas nouveau, mais il s’est accéléré depuis une trentaine d’années. Les propriétaires divisent les appartements pour engranger davantage de rentes. Saint Michel est le quartier de Bordeaux où le nombre de personnes par logement est le plus faible, seulement 1,5 contre 1,9 pour le reste de la ville et 2,2 en moyenne en France. Lire la suite

Commentaire (0)


Tags : , , , ,

Les clés d’InCité

Publié le 26 janvier 2012

Onze questions/réponses sur le fonctionnement d’InCité.

Quand une entrée est murée par un panneau en fer, c'est signe qu'InCité est propriétaire de l'immeuble

InCité, c’est quoi ?
InCité est une société d’économie mixte (SEM). Elle se présente comme un « acteur privilégié de l’habitat et de l’urbanisme » à Bordeaux. Née en 1957 selon la volonté de la mairie, la SEM a pour mission d’ « ouvrir à l’urbanisation de nouveaux quartiers de Bordeaux », alors en pleine crise du logement. Ce n’est qu’en 2003 que la SBUC (Société bordelaise mixte d’urbanisme et de construction) change de nom pour InCité.
La société a plusieurs casquettes. Elle est à la fois un constructeur de logements, un bailleur social et un aménageur. C’est à ce titre qu’elle se voit confier tout le volet logement et commerce du projet de requalification du centre historique de Bordeaux voulu par la mairie.

Lire la suite

Commentaires (3)


Tags : , , , ,

Ils font le Passage St Michel

Publié le 23 janvier 2012

Le passage St Michel s’est installé voilà plus de quinze ans face à la flèche, dans une mûrisserie de bananes du XIXe siècle. Cet espace de 1600 mètres carrés, répartis sur trois étages, est le plus grand marché d’antiquités et de brocante de Bordeaux. 26 marchands occupent les lieux. Rencontres.

 

Robert Vaisseau (avec Marie-Noëlle Laborde)

« Dans ma vie, j’ai toujours fait ce qui me plaisait. J’ai d’abord été professeur d’éducation physique, en Provence puis à Bordeaux. J’ai ensuite travaillé dans le commerce, en tant que marchand de biens indépendant notamment. Quand j’étais jeune, j’ai expérimenté le métier de brocanteur. A l’époque, j’étais chef scout et on chinait pour financer nos activités. Après, j’ai continué, par passion. Il y a une douzaine d’années, j’ai fini par ouvrir un magasin d’antiquités au Bouscat, pour Lire la suite

Commentaire (0)


Tags : , , , ,

Saint-Mich’ c’est chic !

Publié le 23 janvier 2012

L’embourgeoisement de Saint-Michel est loin d’être provoqué par le réaménagement du quartier. Retour sur un lent processus, amorcé il y a une dizaine d’années.

Artistes et jeunes ménages sont les pionniers de la gentrification (Photo : Aurélie Dupuy)

Lire la suite

Commentaires (5)


Tags : , , , ,

La photo du jour du dimanche 22 janvier

Publié le 22 janvier 2012

Au bout de la rue Camille Sauvageau, sur la place Canteloup, une scène ne passe pas inaperçue. Un drôle d’objet, haut de presque deux mètres, s’est invité entre les bananes d’Amérique du Sud et les tomates d’Espagne. Ce matelas est soigneusement entouré de film plastique, sous un parasol, à l’abri des intempéries. Il fait les yeux doux aux passants, et surtout aux gros dormeurs.
Cela fait maintenant six mois que le « Bazar Saint Michel » propose à ses fidèles clients, en plus de leur cabas de fruits et légumes frais habituels, des matelas moelleux, neufs ou d’occasion. Et ça marche: la patronne en a déjà vendu quatre !
Et à 150 euros le dodo, la promo ne séduira pas que les bobos.

Photo Ugo Tourot

Commentaire (0)


Le Parc des sports fait un carton

Publié le 22 janvier 2012

Le Parc des sports, situé sur les quais de la Garonne, propose plusieurs terrains de sports gratuits et libres d’accès. Ces infrastructures situées en plein centre-ville sont quasiment uniques en France.

Peyo, ici avec le ballon, vient toutes les semaines jouer au basket au Parc des sports. (Photo : Laurent Pomel)

Lire la suite

Commentaire (0)


Tags : , , , ,