Le Monopoly de Monsieur Xiradakis

Publié le 17 janvier 2012

A 66 ans, Jean-Pierre Xiradakis incarne le parfait entrepreneur. Avec quelques sous en poche, l’immigré grec issu d’une famille pauvre, arrive rue de la Porte de la Monnaie en 1968. Il rachète un local vide pour 700 francs, qui deviendra par la suite la Tupiña. C’est le début d’une longue série : l’ambitieux « Xira » s’approprie ensuite le Bar-Cave, l’épicerie « Le Comestible », la Kuzina, le café Tupiña, et dernière en date, une chambre d’hôte. Une ambition qui fascine et qui dérange. Le monsieur, lui, n’est pas près de lâcher du terrain sur ce territoire qu’il a fait sien. Retour sur la « success story » de ce personnage atypique.

Guillaume Faure, Ange Claudia Lipemh, Ugo Tourot

1 Commentaires de cet article

  1. verin Says:

    Xira louait des places de garage sous la résidence l’ Europe (beau travail d’archi).. le bâtiment remplacé était le dépôt Hutchinson ,pneus et courroies, qui a bizarrement brûlé … j’ai des photos … et pour la terrasse, construite sur de l’espace public au bénéfice d’un particulier, c’est le privilège accordé par la Mairie ! pour les deux restos ! au grand dam des piétons… il va de soi que …et bien non, hélas…
    j’aime beaucoup au détriment d’autres spéculateurs … rues piétonnes pour les copains, patchwork de goudrons pour les autres … selon que vous serez puissants ou misérables … et ça continue…IUT construit sur la Place A.Meunier par exemple! en attendant pire…

Laisser un commentaire