Catégorie(s) | A la Une, Le gros chantier

On les a retrouvés !

Publié le 26 janvier 2012

Tout le monde l’a vue, beaucoup l’ont commentée, quelques-uns l’ont même taguée. Entre la flèche et la basilique, dans la rue des Faures ou sur les barrières qui enserrent les travaux, une affiche fait débat. Cette affiche, c’est celle de la mairie. Une photo qui regroupe huit « Saint-Michelois », un petit texte sur la rénovation, et un slogan : « Saint-Michel, la vie a sa place ». Le blog Saint-mich’ s’est amusé à retrouver les huit figurants qui ont posé pour le cliché.

L'affiche restera visible pendant toute la durée des travaux entre la flèche et la basilique (photo : Marc Bouchage)

Sur la photo, ils s’appellent Rabbah, Ali, Teresa, Ana, Alain, Nono, Teddy et Kenny. Ils sont restaurateurs ou brocanteurs, écoliers ou retraités. Ils sont originaire d’Algérie, d’Espagne, de Colombie ou de Pau et forment ensemble une image idyllique de Saint-Michel. Tous les âges, toutes les origines y sont représentés. Le service de communication de la mairie a bien fait son travail. « Ca s’est fait tout simplement », explique Thomas Sanson, photographe au service presse de la mairie, et auteur des clichés. « On a cherché à composer la photo avec des vrais gens du quartier. C’est par le biais de Rabbah (l’un des figurants) qu’on a réuni les autres. On lui a demandé s’il connaissait des enfants pour que l’on puisse représenter tous les âges. Mais on était ouvert, on s’est adapté. On a fait les choses comme elles venaient. Par exemple pour Ali, le brocanteur, ce sont les autres figurants qui ont demandé à ce qu’il soit dessus ».

Une rapidité d’exécution qui a entraîné quelques erreurs. A commencer par Nono, dont le surnom est en réalité Chouchou. « Je n’ai rien dit parce que mon petit-fils s’appelle Nolan », explique-t-il. Une simple erreur, mais que dire du fait que la plupart des figurants n’habitent pas Saint-Michel ? Ils viennent y travailler ou s’y promener, mais seuls Alain et Chouchou y résident. Dernier problème : au moment de la photo, Ali, Teresa et Ana ignoraient tout de la rénovation du quartier et du but de la photographie. Ils ont accepté de poser sans vraiment réfléchir. Ana et Teresa, d’origines colombienne et espagnole, comprennent assez mal le français.

Sur l’affiche, un slogan : « La vie a sa place ». La formule est trouvée par Fabien Robert et quelques amis élus à la terrasse d’un café, avant de prendre la photographie. « Parce que le mot qui caractérise le plus Saint-Michel, c’est la vie. La vie a sa place dans Saint-Michel. Elle l’a toujours eu, et elle l’aura toujours », précise-t-il. Une façon de dire à ceux qui craignent un nouveau quartier hors de prix, que le côté multiculturel du lieu conservera son importance à l’issue des travaux.

Si la plupart des figurants sur la photographie sont favorables à la rénovation, certains n’ont pas saisi sur le moment l’aspect publicitaire de l’opération. Alain résume le problème à sa manière : « On m’a dit : « Mais tu n’as pas honte d’avoir posé sur cette photo ? ». Moi je n’ai pas fait de photo pour le maire, je l’ai faite pour le quartier ».

Entre fierté et déception, regrets et espoirs, ils témoignent. Voici le Saint-Michel de Chouchou, Teresa, Alain, Teddy, Kenny, Rabbah, Ana et Ali.

Derrière chaque croix blanche, découvrez leur histoire en images, sons, mais aussi BD ou roman-photo…

Dossier réalisé par Marc Bouchage et Agathe Guilhem.

Laisser un commentaire